MORGANE // GRÉGORY // LOUISE

octobre 2018 – Limoges

 

Le réveil à cinq heures trente et le train. Et arriver chez eux, avant eux. Les chouquettes. Les miettes au sol. La lumière qui rentre par la fenêtre. Le sourire de Morgane. Celui qui met de bonne humeur. Curry (ou Curie, ou Kuri, ou…). Le nez qui coule et les mouchoirs qui ne sont jamais loin. Louise qui me fait sourire. Fort. Me faire prendre en photo quand je prends en photo. Les cris. Les rires. Et les reflets du four. Les tomates cerise. Le butternut blessé. Jouer au ballon. Le goût du fish and chips dans les rues de Limoges. Limoges…et les souvenirs de la vie, huit ans plus tôt. Le vent. Un autre petite main dans la mienne. Et hésiter entre avoir froid et avoir chaud. La sculpture par la fenêtre. Jouer à la maîtresse. Le parc. Ce parc. Celui que je n’avais pas vu depuis vingt et un an. Qui était loin dans ma tête, moi en sorcière et mon frère en crapaud. L’odeur forte du revêtement au sol. Le jus de pomme. En attendant l’arrivée des miens. J’étais bien.